La souffrance des mères

souffrance des mères, anais bracq leceourdesoiLes attentes que certaines mères ont sur leurs enfants font souffrir & par analogie, les attentes de la femme dans ses différents liens déterminent sa joie d’être …

Il y a 10 jours, c’était la Fête des Mères
Et cette journée, je l’ai passé complètement seule…

Personne à la maison sinon les chats & le soleil.

J’ai enfourché mon vélo après ma tasse de thé pour aller m’installer sur une des terrasses du village d’à côté.
Boire un café, regarder les gens qui passent, comparer la coiffure du maître & la tête de son chien, glisser une oreille sur ce qui est dit à la table d’à côté, écrire cet article.

La souffrance de la mère

Avant de partir j’avais eu une maman amie au téléphone
Elle déplorait de devoir passer sa journée seule, sans ses enfants, déçue, «abandonnée» en ce jour si spécial.
« Ce n’est pas normal ! Ils auraient quand même pu faire un effort ! »
Bref, elle a déterré tous les sentiments & croyances qui la font souffrir.

Elle a choisi d’agir ainsi sachant qu’elle allait être son propre bourreau.
J’imagine qu’elle a passé une journée pitoyable & qu’elle a accumulé un bon paquet de griefs contre ses enfants…
C’est dommage pour elle 🙁

Souffrance du coeur

Certaines d’entre nous pensent que donner vie à des enfants c’est garantir une présence en retour : « je suis ta mère, tu peux bien … »

Nous brandissons souvent les outils, les armes (sous forme de mots, d’attitudes) qui vont nous blesser & les retournons vers ceux que nous aimons le plus.

J’ai choisi, quand mes enfants étaient encore à la maison, de ne pas cristalliser le comment les fêtes devait se passer, de ne pas nous figer dans tous ces événements qui, si on écoute les médias, ont vite fait de te culpabiliser si tu n’offres pas un bouquet à ta mère, à ta grand-mère, un resto à ton amoureux.se, une cravate pour ton père…

Mon idée était de leur donner spontanément envie de penser à ceux qu’ils aiment & de surtout nourrir le lien d’amour toute l’année.
Je suis contente, j’ai plutôt bien réussi & je peux dire que j’ai tout le temps des messages d’amour, des coups de fil & des journées entières à passer ensemble même s’ils sont maintenant adultes.

Le lien de la mère & de la femme

Le lien se nourrit, au quotidien, avec soi-même & avec ceux que nous chérissons mais sans pression, sans exigence afin de laisser l’autre libre de participer à sa façon à cette nourriture du lien.

Souffrir est un choix

Cela te blesse parfois ? Bien sûr ça arrive ! Alors dis-le !
(Vois ma vidéo pour t’inspirer et comprendre combien c’est important de clarifier)

Tu as envie de plus de lien ? C’est entendable, alors appelle-les, écris-leur, initie le mouvement !
N’attends pas, agis par l’élan de ton cœur.
« C’est triste » ; mais tu choisis que cela soit triste ! Tu peux aussi opter pour que cela soit neutre
Tu peux choisir d’être aigrie ou amer,  je ne dis pas que c’est facile mais essaye le changement !

C’est ton choix de ne plus t’embarrasser des « il faut que les choses se passent ainsi »
Change la structure de tes croyances, assouplie-les

Etre heureuse est un choix

Tu trouveras plus de liberté, de sérénité.
Dans cet espace que tu auras créé, prends soin de toi en faisant quelque chose qui te plaît, c’est si rare n’est-ce pas ?
Trouve le plaisir d’être en lien aimant avec toi-même.
Et tous les jours ce sera une fête !

Je suis rentrée, nez au vent, admirant la nature sublime et me laissant enchantée par ses bruits et ses odeurs
Il était 14 heures quand je suis arrivée l’appétit au ventre.
J’ai ouvert une bonne bouteille & j’ai levé mon verre en l’honneur de mes enfants qui ont fait de moi une mère & une maman,
Cadeau inestimable chéri chaque jour.

la femme libre, anais bracq lecoeurdesoiDe la mère à la femme

Cette petite histoire peut t’amener à réfléchir à tous tes liens. Il n’y a pas que celui de la mère, il y a celui de la femme qui travaille, de l’amante qui chérit … je ne vais pas faire la liste de toutes les casquettes que tu portes !

Observes dans quel lien tu ne te sens pas autonome, où tu sens la lourdeur des attachements, des attentes non dites, où tu nourris les croyances qui mènent le monde par le bout du nez & comment tu blesses ton coeur

Une autre vision de soi

Le lien existe tout le temps, il est invisible & il devient palpable quand tu le nourris de tes pensées, de tes mots, de ta connexion de coeur

Certes cela ne remplit pas la présence physique de ceux que nous aimons mais c’est un grand apaisement

On peut se voir ainsi passer de l’isolement à la solitude

Et la solitude est un choix car c’est un positionnement du coeur. Personne ne peut créer ce switch sinon soi-même & nous pouvons donc volontairement avoir cette vision pour traverser les espaces de silence imposée par la vie…

En espérant que ces quelques mots puissent t’inspirer 🙂

Reste attentive car dans quelques temps te seront proposées des dates pour assister à des ateliers gratuits en ligne sur les limites et sur l’ancrage.

Je t’invite à t’abonner à la Newsletter. Tu auras alors accès à une série de méditations/visualisations qui remplissent l’âme & le coeur : https://www.lecoeurdesoi.fr/newsletter-2/

Anais,

Rebelle joyeuse, le plus souvent possible 😉

 

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.