Le coeur de Soi

Plus belle que moi, tu meurs…

by in Blog 25 février 2021

Tu sais que je passe beaucoup de temps avec les femmes

Que ce soit dans mon cercle personnel où j’ai vraiment une belle poignée d’amies très proches que dans mon travail, au travers de mes journées et stages tournés vers elles.

Là aussi, ce sont des amies même si je ne revois pas certaines parce qu’elles ont pris avec moi ce dont elles avaient besoin et que c’est bien ainsi.

Parmi toutes ces amies, il y en a qui explosent de beauté, d’autres qui brillent d’une intelligence remarquable, d’autres qui créent des trucs de dingues, bref, tu vois de quoi je parle…

Et puis, un soir,  je croise ma tête dans le miroir et là c’est comme un flop, aïe ça mord !

Et puis comme ce n’est pas suffisant de ne regarder que ma bouille, je décide de faire un petit check sur les autres plans

Et là, je me rends compte (une fois de plus) que j’ai souvent du mal à défendre mon opinion par manque de rationalité, d’esprit de synthèse et peut-être de limitation intellectuelle…

Et pour achever le check up, ma vie n’a finalement rien d’extraordinaire…

Pincement au coeur, légère morsure… comparaison.

Et si je me coiffais comme elle, ce serait mieux, avec une autre couleur de blush ça devrait le faire ?

Bon, je me remets à fond aux fessiers, j’aime trop ses fesses, je veux les mêmes !

Ok, je commande chez mon libraire préféré (attention j’ai dit libraire, j’ai pas dit amazon qu’on soit bien d’accord…) un tas de livres pour améliorer ma culture et chaque jour je lis un chapitre !

Et tous les soirs, les yeux dans le vague, je m’évertuerais à imaginer ce que moi aussi je pourrais créer comme chose géniale.

Let’s go !!

Inutile de te dire qu’après avoir tout mis en place, rien n’a bougé.

J’étais toujours la même avec de l’énergie en moins et pas mal de frustration en plus…

Petite conversation bien utile

Alors je me suis mise devant mon miroir et j’ai eu une petite conversation avec la nana qui vit avec moi depuis 56 ans.

Je lui ai laissé un peu de place pour recevoir son message. 

Un message qui allait m’éviter d’acheter encore la marque de maquillage de ma pote sublime, me sauver d’une autre coupe désastreuse sur mes cheveux de vietnamienne, contourner les courbatures horribles à chaque pas tout ça pour remonter une paire de fesses génétiquement formées pour ressembler aux culs des femmes du sud-est asiatique et pas de l’Afrique, reposer ma tête qui travaille finalement toute la journée en lui épargnant un reset intellectuel incompatible avec certaines cases de mon cerveau configurées pour autre chose (reprends ton souffle) et me détendre dans le fait que mon extraordinaire se crée à mon niveau dans mon quotidien.

Nous avons donc causé toutes les deux en bonnes amies qui ne se mentent pas, qui ne mâchent pas leurs mots parce que la complaisance, ça va 3 secondes mais pas plus.

Cette petite séance m’a apporté comme un vide bénéfique, celui du soulagement.

Je n’ai même pas eu besoin de faire la liste pour prouver à la nana dans le miroir tout ce que je suis de beau, d’intéressant, de créatif. Non, ça n’a pas été nécessaire.

Il a juste fallu accepter que moi, c’est comme ça que je suis (ce qui ne m’empêche pas bien au contraire d’être en perpétuel mouvement, nous en parlerons une autre fois) et qu’il serait surement plus bénéfique à mon bonheur -et à mon énergie cela va sans dire- d’honorer et cultiver ce que je suis, ce que je fais ainsi que ma différence (et donc mon authenticité) !

Alors nous sommes allées fêter cette mise au point devant un bon verre de whisky accompagné d’un petit cigare tout doux et un chat ronronnant sur les genoux et je dois dire que j’ai passé un moment très serein !! 

Et toi, belle femme, traverses-tu ce genre de choses ?

J’aurais plaisir à lire ce que ces quelques mots ont enclenchés chez toi & si tu as trouvé l’âmie en toi pour accueillir ton être authentique 😉

Anais,

Accueil

    Cart